.

A lire religieusement !!!

Un curé qui a besoin d'argent pour sa paroisse s'inscrit à un jeu télévisé. C'est un peu surprenant, mais Jean-Pierre Foucault en a vu d'autres et il commence :
"Alors, première question, Monsieur l'Abbé, pour 1 000 € : à quoi vous fait penser le chiffre 22" ?
"A l'expression 22, v'là les flics" !
"C'est votre dernier mot ?"
"Oui, Jean-Pierre, c'est mon dernier mot"
"Très bonne réponse, Monsieur l'Abbé !"
"On continue pour 5 000 € ?
"Oui !"
"À quoi vous fait penser le chiffre 33" ?
"A une visite chez le médecin, lorsqu'il demande au patient : Dites 33"
"C'est votre dernier mot ?"
"Oui, Jean-Pierre, c'est mon dernier mot"
"Encore une bonne réponse, Monsieur l'Abbé" !
"Bien ! Alors pour 20 000 €, un peu plus compliqué : à quoi vous fait penser le chiffre 69" ?
Les sourires fleurissent dans le public, qui imagine l'embarras du candidat curé. Au bout d'un moment, le prêtre semble abandonner et annonce :
"Là, je donne ma langue au chat !"
Tonnerre d'applaudissements des spectateurs et félicitations de l'animateur :
"Excellent, Monsieur l'Abbé ! Excellent ! Votre expression est pudique, mais tout le monde aura compris" !
"On continue pour 50 000 € ?
"Oui !"
"Alors là, je dois dire que vous avez de la chance : nous sommes dans votre domaine !
La question est en effet la suivante :
"Qu'a dit Ève en se voyant pour la première fois dans la glace" ?
Cette fois-ci encore, notre brave curé se creuse la cervelle, il se récite mentalement toute la Genèse, mais sur ce point précis, rien ! Finalement, il avoue :
"Alors là, j'ai vraiment un trou..."
De nouveau, les applaudissements de la foule font trembler le studio d'enregistrement et l'animateur en sautille d'excitation:
"Magnifique, mon Père : c'est la bonne réponse. Que fait-on après cet exploit ? On tente les 100 000 € ?
Le curé ne comprend pas très bien comment il a pu donner la bonne réponse sans la connaître, mais, admettant que les voies du Seigneur sont impénétrables même à la télévision, il décide de continuer :
"C'est pour les œuvres de la paroisse, donc, oui, je continue !"
L'animateur exulte. Le public aussi. La tension est à son comble.
"Et qu'a dit Adam en se voyant pour la première fois dans une glace" ?
Le pauvre curé qui ne savait même pas qu'il y avait un miroir dans le jardin d'Eden, réalise que les questions du jeu sont bien plus difficiles que ce qu'il avait imaginé :
"Oh ! Franchement, je ne pensais pas que cela deviendrait si dur" !
La foule est carrément debout et scande "Le million ! Le million !"
"Excellentissime !"dit le maître du jeu. "Alors, tenterons-nous le million" ?
Le curé n'a toujours pas compris pourquoi on lui dit qu'il a bien répondu, mais conclut que c'est Dieu qui l'aide.
Du coup, en pensant à tout ce qu'il pourra faire avec un million, il décide de continuer !
L'animateur :
"Alors, qu'a dit Adam quand il a su qu'Ève était enceinte" ?
Après un long silence, catastrophé d'avoir tout perdu, le curé a tout de même la force de répondre :
"Mon Dieu, je savais que j'aurais dû me retirer plus tôt" !

Bingoooooooooooooo

Doizieux et les barrages

Belle randonnée au départ de La Valla-en-Gier, malgré le brouillard persistant, réalisée avec Hélène et Isabelle. Marcher dans la neige était un vrai régal et l'arrivée à la ferme après quelques ronces restera dans les mémoires. Bravo mesdames pour le dénivelé important, annoncé à la fin (hi hi hi), et les 7 heures d'efforts.

Dénivelé + : 1400 m, dénivelé - : 1400 m
Altitude maxi : 1050 m, distance : 25 km

La Valla-en-Gier, le barrage de la Rive, le barrage de Soulages, Chavanol, La Terrasse-sur-Dorlay, le barrage du Dorlay, Doizieux, la Croix du Planil, le barrage du Piney et retour à La Valla-en-Gier.

 Le barrage de Soulages vidé de ses 2,1 millions de m3 d’eau
  Le Gier au fond de la réserve
  Le barrage de Soulages à vide depuis le mois de juin
  Vue imprenable (mais interdite oups !)
  Vue de 40 m de haut
  Vue côté est
  L'église de La Terrasse-sur-Dorlay
  Le barrage du Dorlay
  Doizieux
 La tour de Doizieux comme décor pour le déjeuner
 Entre automne et hiver
 Le sentier Jean-Jacques Rousseau sous la neige
  Le barrage du Piney (abandonné)
La Madone
L’observatoire de La Valla-en-Gier se trouve au lieu-dit Luzernod. Il a été inauguré le 15 décembre 1995 par Hubert Reeves. Le bâtiment principal en béton armé supporte une coupole de 5 mètres de diamètre, et contient un télescope Newton. Il est animé par le club de la MJC de Saint-Chamond Astro-Uranie.

La Loire dans la plaine

Juste de quoi entretenir la forme avant un long hiver : les bords de Loire entre Veauche et Andrézieux, dans la plaine du Forez, en passant par Veauchette, Saint-Cyprien et la très belle réserve ornithologique. Merci à Alain pour son itinéraire détaillé.

Distance : 19 km, le tout en presque 3 h

 Le pont de Veauche
Dans la plaine du Forez, les dépôts alluvionnaires atteignent 2 à 5 mètres d’épaisseur. Par endroits, ces dépôts sont recouverts de limons très fertiles déposés par les crues du fleuve : ce sont les chambons. Parfois orthographiés "champs bons", ils n’ont pas usurpé leur nom : ce sont bien les meilleures terres agricoles de la plaine du Forez. Sur ces terres, on récolte ainsi du maïs, du blé, du colza et des pois fourragers. 
Débarrassée des rochers qui obstruent son cours, la Loire est rendue navigable en 1704 entre Saint-Just et Roanne. La navigation est possible seulement 6 mois de l’année pendant la période des hautes eaux. Les "rambertes", embarcations de bois à fond plat construites à Saint-Rambert, transportent le charbon des mines de Saint-Etienne ou Firminy en direction de Paris ou Nantes. La navigation connaît son apogée avec l’ouverture de la première ligne de chemin de fer de France au départ de Saint-Etienne en 1827 car le charbon arrive alors en grande quantité au port d’Andrézieux. Le développement du rail jusqu’à Roanne à la fin des années 1850 assure une continuité du transport du charbon. C’est la fin de l’aventure des mariniers et de la navigation sur la Loire. 
 Le sentier ornithologique des bords de Loire
Le château de Bouthéon
blogger