.

Put... de névé

Renaud a écrit et chanté, en 1988, "Putain de camion" en hommage à son ami Coluche. Cette chanson m'inspire tout naturellement le titre de cet article. Article qui sera le dernier avant une longue période de convalescence. Mais reprenons les choses depuis le début.
 http://www.grelibre.net/Images/2007/10/Ch_231007_002.jpg
 http://emmanuel.lefolgoc.free.fr/Monsite/HTML/photoete_2006_1.htm
Cette montagne est un des symboles de Grenoble et de la vallée du Grésivaudan, d'où elle est bien visible. Son nom vient de son allure de grosse molaire et de la commune qui se trouve à ses pieds, Crolles. C'est donc décidé, avec Le Pyrénéen, mon coéquipier rencontré sur Rando-Trekking une semaine avant, nous garons les véhicules au col du Coq à 5 h 1/2, et commençons à grimper.

Dénivelé + : 700 m, dénivelé - : 270 m
Altitude maxi : 2062 m, distance : 4 km
 http://commons.wikimedia.org/wiki/User:Patrice78500
Les chemins d'accès depuis le col des Ayes
Chamechaude (2082 m), le point culminant du massif de la Chartreuse
Le sommet de La Dent de Crolles (2062 m)
Les Lances de Malissard surplombant le col de Bellefond
La vallée grenobloise
En quittant le sommet
Ensuite, j'ai fait une belle chute de plus de 20 mètres, sur un névé bien gelé, en descendant côté nord. Et pourtant, des névés, j'en ai déjà traversés ! Mais peut-être pas aussi lisses et pentus. Bref, deux arrêts sur des barres rocheuses et entre les deux un vol plané. Résultats : omoplate gauche cassée, 5 côtes cassées, 2 vertèbres cervicales C1 et C2 cassées, déplacées et surtout instables. L'artère vertébrale droite a également été touchée. Mais bon, après un hélitreuillage et 13 jours au CHU de Grenoble, me revoilà à la maison. J'en profite pour remercier très sincèrement Le Pyrénéen, le groupe qui était sur la crête qui a alerté les secours (bien sur nos portables ne "passaient pas"), le PGHM 38 et le personnel du CHU de Grenoble (réanimation et neurochirurgie).
Je ne pense pas avoir fait de grossières erreurs. Nos familles savaient où étaient garés les véhicules, avaient connaissance du circuit prévu, il faisait beau, nous avions des portables, GPS, sifflets, couvertures de survie... De plus, les crampons et piolets en Chartreuse à 1800 mètres en juin ne semblaient pas justifiés. Connaissant la Chartreuse, j'ai eu raison de ne pas partir seul. Bref, la faute à pas de chance. Une petite note d'humour : ce n'est pas la meilleure solution pour avoir des congés payés supplémentaires.
A vous toutes et tous, profitez bien des mois à venir pour prendre de belles photos et faire de belles randonnées.

Le col du Béal

Le col du Béal est situé sur la ligne de crête des Monts du Forez, en limite du territoire communal de Chalmazel et de Saint-Pierre-la-Bourlhonne, à la frontière entre la Loire (région Rhône-Alpes) et le Puy-de-Dôme (région Auvergne). Il culmine à 1390 mètres d'altitude. C'est un lieu propice à la pratique de la randonnée, du cyclisme, du snowkite et du ski de fond.
Plusieurs sentiers balisés permettent la randonnée, notamment jusqu'à Pierre-sur-Haute, le point culminant du massif, via le GR 3, premier chemin de grande randonnée balisé en France, qui évolue sur la ligne de crête, reliant le sommet au col du Béal et col de la Loge et offre des panoramas sur les régions d'Auvergne, côté ouest, et de Rhône-Alpes, côté est. Le sentier permet également de partir à la découverte des Hautes Chaumes (vastes plateaux d'altitude formés de landes et tourbières et des jasseries, ces petites fermes d'altitude séculaires en pierre de taille, au toit de chaume ou de tuiles rouges où étaient affinées les fourmes.
Au-dessus du col du Béal se situe la table d’orientation de Roche Courbe (1432 mètres). On peut y voir à l'ouest le Puy de Dôme, les Monts Dore, les Monts du Cantal et même par temps très clair à l'est les Monts du Beaujolais, le Mont Blanc et les Alpes. Mais pas aujourd'hui !

Dénivelé + : 1100 m, dénivelé - : 1100 m
Altitude maxi : 1620 m, distance : 31 km

Chalmazel et son château
Pierre-sur-Haute avec encore de la neige
La station de Chalmazel bien vide
Le gros rocher (c'est marqué dessus !)
La loge de la Morte reconstruite en 2012
Pierre-sur-Haute et les jasseries de Colleigne
De la plaine de Feurs comme de la Limagne, du Sancy ou des Monts du Lyonnais, on repère aisément le sommet de Pierre-sur-Haute, grâce au relais hertzien qui le surmonte. Cet équipement militaire, identique à ceux qui s’élèvent au faîte du Puy-de-Dôme ou du Pilat, assurait initialement les seules transmissions de l’armée de l’air. Il constitue maintenant un dispositif interarmes, au service de l’ensemble des forces armées. Plus de 20 personnes se relaient en permanence sur ce toit du Forez pour la bonne marche des communications militaires.
Le plafond est bas !
Pierre-sur-Haute côté nord
Le col du Béal depuis le sommet de Peyre-Mayou
"Marie, reine du monde"

De Saint-Victor à Unieux

Petite randonnée (par rapport à d'habitude) juste avant les averses, de Saint-Victor-sur-Loire à Unieux, par la rive droite des gorges de la Loire. Retour par la Tour Philippe et le plateau de la Danse. Parcours idéal pour les VTT.

Dénivelé + : 500 m, dénivelé - : 500 m
Altitude maxi : 715 m, distance : 16 km

La presqu'île du Châtelet depuis l'église de Saint-Victor-sur-Loire
Le village de Chambles haut perché
La Loire
Ouvrage d'art de l'ancienne voie ferrée
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
La Tour Philippe (jadis un rendez-vous de chasse)
La croix du Crêt Sainte-Agathe
Les gorges et le château d'Essalois
Saint-Victor-sur-Loire

15e marche des prés fleuris

Marche à Chevrières (Monts du Lyonnais) organisée par le CCL. Comme d'habitude, j'ai choisi le circuit le plus long (24 km). Là-bas, je retrouve Fred et André, bizarre non ? Concernant le balisage, j'ai trouvé que c'était le strict minimum. Un peu plus de rubans et flèches auraient été appréciés. Sinon, tout était parfait. Même le soleil.

Dénivelé + : 800 m, dénivelé - : 800 m
Altitude maxi : 780 m, distance : 24 km

La Grande Traversée du Jura (G.T.J.)

La Grande Traversée du Jura à pied est un sentier de Grande Randonnée (GR) qui parcourt les montagnes du Jura, de Mandeure, près de Montbéliard (au nord), jusqu’à Culoz, dans l’Ain (au sud). La GTJ traverse en totalité le Parc Naturel Régional du Haut-Jura et offre une incursion en Suisse voisine. Inaugurée en 2004, la GTJ à pied emprunte les sentiers de Grande Randonnée du GR GTJ et parfois le GR 5 et le GR 9.

Maintenant, vous savez où est le Jura !

L'intégrale de la GTJ pédestre se parcourt en 15 à 20 jours. Mes congés n'étant pas extensibles, j'ai opté pour 10 jours, de Pont-de-Roide à Bellegarde-sur-Valserine, représentant presque 320 kilomètres (manque donc 60 kilomètres) pour 10000 mètres de dénivelé positif, autant en négatif. Le tracé est classique, excepté la variante incontournable par le Colomby de Gex (Balcon du Léman).
Hébergements en refuges, gîtes d’étape et chambres d’hôtes avec tables garnies de gratin au Morbier, de saucisses de Morteau, de roestis et de michons… Ah oui, j’oubliais : je marche seul.


blogger